Logo Serensys Lyon Paris Genève
confinement saison 2

Et vous, qu’allez-vous être et faire différemment pendant cette saison 2 du confinement ?

Nous y sommes, pas de doute et reprenons « allègrement » un nouveau ticket pour la fameuse courbe du changement pour la xième fois cette année… Si vous l’avez oubliée, la voici avec tout son lot de réactions individuelles et collectives, d’émotions difficiles au démarrage ou peut-être de personnes encore optimistes et persévérantes…

Courbe deuil

Un cheminement nécessaire

Il est probable que la phase de déni soit rapidement dépassée cette fois… Et que nous rentrions très vite dans des émotions dites « difficiles » ! Les recherches en Intelligence Emotionnelle ne disent plus émotions négatives même si la vérité est qu’elles sont très inconfortables. En effet, ces émotions sont des signaux qui viennent nous dire quelque chose de la façon dont nous recevons cette nouvelle de re-confinement (par exemple) et nous susurrent ou crient ce dont nous avons besoin d’être et de faire dans les prochains jours.

Le risque là peut être de faire « le saut de tarzan » (toujours dangereux car nous pouvons tomber de haut) ce qui peut être tentant en tant que Dirigeant, Manager ou collaborateur soit pour « planquer » son propre vécu émotionnel difficile, soit pour passer à l’action directement et mobiliser les troupes, « c’est de nouveau la guerre les gars, il va falloir se battre ».

Nous sommes certains que vous savez combien il est important de cheminer individuellement sur cette courbe pour aller vers l’acceptation d’une situation globale qui n’est pas complètement entre nos mains. Chacun va cheminer à son rythme sur cette courbe avec son vécu, ses aspirations, ses projections pour aller nous l’espérons vers une acceptation qui permettra de retrouver de l’énergie pour agir sur ce qui est de notre responsabilité.

J’aime cette citation incroyable de Viktor Frankl : « Entre le stimulus et la réponse il y a un espace … Dans cet espace est notre pouvoir de choisir notre réponse. Dans notre réponse résident notre croissance et notre liberté. »

Une seconde vague de confinement très différente de la première

Attention, vous le savez et j’enfonce des portes ouvertes mais l’état des troupes n’est pas du tout le même qu’au 17 mars 2020… À ce moment-là, ils se sont beaucoup battus, ont accepté de s’engager parfois au-delà du raisonnable ! Beaucoup l’ont fait avec le cœur et l’envie de participer à sauver le bateau du naufrage. Courageux et vaillants ces collaborateurs, ces managers, ces dirigeants ! A tel point que les dirigeants que nous rencontrons nous disent : « je n’aurais pas pensé voir une telle mobilisation de nos managers, de nos collaborateurs, ils ont travaillé comme des fous en gérant en plus les enfants, la cuisine… Je peux vraiment leur faire confiance ».

Je ne veux pas préjuger de l’état des troupes mais nous rencontrons beaucoup de collaborateurs, de managers de terrain, de dirigeants qui ne sont plus du tout dans le même état d’esprit qu’il y a 6 mois.

Alors, je vous invite à prendre le temps pour vous-même et pour vos équipes à regarder avec lucidité et courage ce qui est là pour vous d’un point de vue émotionnel toujours en lien avec la courbe du changement : cette invitation, je vous la fais « tête, cœur, corps ». Nous savons aujourd’hui qu’il y a des neurones dans notre cerveau, environ 100 milliards, dans l’intestin environ 500 millions, et dans le cœur environ 40 000. Alors connectons-nous quelques minutes pour sentir ce qui est présent comme émotion, comme sensation corporelle.

Comment faire ?

Concrètement, asseyez-vous dans une position confortable le dos droit, connectez-vous à votre souffle afin de calmer le mental qui probablement tourne à plein régime et ressentez ce que vous raconte votre cœur, votre corps… Sentez les tensions corporelles, les zones de bien-être, observez votre cœur, est-il serré, ouvert, entre les deux. Ressentez plutôt que de de penser : pour rappel, le mental produit plus de 100 000 pensées par jour qui ne sont que 10% des pensées qui nous traversent, le reste étant logé dans l’inconscient, de quoi nous rendre humbles par rapport à notre sentiment de contrôle de nos propres façons d’être et de faire.

Alors où en êtes-vous sur cette courbe, vous dirigeant, vous manager, vous collaborateur ? Ne jugez- pas, il n’y a pas de vérité sur là où je devrais en être… Nous avons tous vécu le confinement, nous allons le revivre (ouf les enfants sont à l’école !) et ce n’est pas rien. Le pire serait de démarrer la semaine comme si rien n’avait changé et de passer à l’action directement. Bien-sûr cette phase sera nécessaire car si nous restons les bras ballants empêtrés dans la rumination de nos émotions difficiles alors nous resterons figés en regardant le bateau couler, avancer…

Mais avant, je vous invite, vous, managers, dirigeants à prendre ce temps pour vous puis avec vos collaborateurs…

  • Où en sont-ils sur cette courbe ?
  • Que ressentent-ils ?
  • De quoi ont-ils besoin ici et maintenant ?

Echangez ensemble sur ces points en toute authenticité, en toute lucidité !

Et après le confinement ? Recul et prise de décision

Cette phase faite, il me semble clef de pendre un temps de recul d’abord individuel sur la façon dont nous avons fonctionné pendant les 55 jours de confinement de la saison 1, pour peut-être ancrer ce qui a été bénéfique pour nous et que nous voulons garder, ce qui a été délétère et que nous voulons arrêter et ce que nous voudrions être et faire différemment.

Cela peut passer par cet outil que beaucoup de nos clients connaissent déjà et que nous appelons, « l’étoile du changement ».

L’exercice individuel devrait vous amener à prendre des décisions pour vous et l’invitation est bien-sûr de les tenir : pourquoi ? car c’est la seule façon que nous avons de changer le cours de choses !

Souvenez de la citation d’Einstein que nous répétons si souvent : « la folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent ».

étoile du changement

Puis, je vous invite à expérimenter un protocole simple avec vos équipes en utilisant ce même outil en intelligence collective avec quelques post-its :

  • Réflexion Individuelle Préalable en silence
  • Partage des différents post-its (virtuels 😊) par chaque personne ou en sous-groupes si l’équipe est nombreuse
  • Partage et synthèse collective

Et surtout une fois l’expérimentation faite, que décidons-nous en co-responsabilité pour le collectif dans la façon dont nous allons être ensemble et dans ce que nous allons faire ensemble ?

Vous l’aurez compris, l’erreur fondamentale consisterait à foncer tout droit ! Les spécialistes parlent de « trauma social » pour ce qui est de ce que nous vivons depuis plusieurs mois et ça va encore durer alors, prenons le temps de nous arrêter pour ressentir, prendre conscience individuellement et collectivement et agir !

Nous serons ravis de partager vos expériences avec vous, racontez-nous ! Et surtout restons connectés à nos trois batteries : tête, cœur, corps pour prendre les meilleures décisions pour nous et nos collaborateurs !

Article précédent
Se reconnecter au vivant pour diriger autrement… Et vice versa
Article suivant
L’intelligence collective saison 1 : KEZAKO en fait ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu